solar22 via Getty Image

 

Allo les ami(e)s

L’idée de partager avec vous mon expérience avec l’acné me trotte dans la tête depuis un bon moment, je dois dire que ce qui me pousse aussi à le faire c’est le nombre de youtubeuses, même très connues et suivies, que je regarde et qui en souffrent.

Voici mon histoire:

J’ai commencé à souffrir d’une acné sévère (gros boutons rouges parfois douloureux et après leur disparition cela me laissait des tâches brunes bien pigmentées et difficile à faire partir) à l’âge de 17 ans, âge où je portais également des broches, cool le sourire métallique à la veille de mon entrée à l’université! Au début je ne m’en souciais pas trop, mais c’est le regard des autres et ma famille qui étaient catastrophés, je me rappellerai toujours de la réaction de cousines et tantes lors des grandes occasions quand elles ne m’avaient pas vue depuis longtemps, c’était: « waw, il faut aller voir un dermatologue vite vite! » ou, avec un regard plein de pitié, « essaye le savon au souffre, c’est efficace! Il y a de lotions géniales contre ça! »…. Je reconnais que ce qui avait aggravé mon acné c’était mon tripotage quotidien des boutons, j’avais beaucoup de mal à ne pas les toucher, et c’était une grosse erreur.

Bref, j’ai quand même fini par consulter un dermatologue à l’âge de 18 ans, elle a été choquée en voyant l’étendue des dégâts: tâches brunes, boutons et microkystes sur toute la face. Elle m’a beaucoup grondée sur le fait de tripoter tout ça, elle voyait les cicatrices. Elle m’a alors prescrit des crèmes à mettre la nuit en alternance, un crème de protection solaire (parce que une des crèmes traitantes était photosensibilisante) et un nettoyage de peau microkystique qu’elle m’a fait elle-même. Elle m’avait aussi prescrit une crème dépigmentante (TrioD) qui s’est révélée par la suite cancérigène, mais elle m’a aidée à me débarrasser de mes tâches brunes sur lesquelles je l’appliquais quotidiennement. C’était en juin, et à la rentrée de septembre tous mes amis et connaissances s’étaient exclamés en me voyant « Waw ! tu n’as plus de boutons! » C’est là que j’ai réalisé à quel point c’était une cata. Je ne sais pas pourquoi mais malgré le fait que ma face était ingrate je ne m’en faisais pas pour ça, je vivais ma vie sans stress et, avec du recul, je me dis heureusement parce que je vois que certains ados ou même adultes dépriment carrément à cause de ça.

Ma peau allait mieux, les tâches avaient disparues, les boutons aussi, j’en avais de moins en moins et j’évitais de les toucher au maximum. J’ai donc commencé à vraiment faire attention à ma peau, a m’acheter des crèmes hydratantes et solaires et tout allait bien même si ma peau n’était pas parfaite ( grasse et des pores dilatés).

Vers l’âge de 22 ans retour des boutons et des tâches ( pas comme avant mais gênant quand même, parce que depuis mon premier traitement je ne supportais plus d’avoir des imperfections ) et je suis retournée cette fois vers un autre dermatologue qui m’a prescrit des antibiotiques , ça a marché un moment mais ça n’a pas duré longtemps, je suis retournée le voir après quelques mois et là il m’a prescrit des analyses de sang qui ont révélé une acné hormonale, il m’a donc prescrit la pilule Diane 35. Ceux qui en ont déjà pris savent le miracle qu’elle produit (ne parlons pas des effets secondaires flippants de cette pilule comme de beaucoup d’autres contraceptifs oraux). Ma peau était parfaite, sauf qu’à l’arrêt de cette pilule que j’avais prise durant 6 mois, retour de l’acné, surtout au niveau du menton et mâchoires.

 

Depuis ce temps là je me suis tournée vers des produits dermocosmétiques type Avene, Bioderma, La Roche Posay, en soins et en maquillage,  disons que ma peau se portait correctement malgré les quelques boutons et tâches qui se pointaient périodiquement. Pou résumer,je n’avais jamais une peau nette sans imperfections.

 

Vers l’âge de 31 ans , j’ai découvert, à travers mes lectures personnelles et la blogosphère, les vertus des produits naturels ainsi que les composants nocifs contenus dans beaucoup de produits cosmétiques et dermocosmetiques. J’ai donc décidé de ne plus me mettre ça sur la face, et progressivement j’ai remplacé tous mes produits de maquillage et de soins par des produits bien composés et sans danger pour la santé. À partir de là j’ai commencé à voir une nette différence sur ma peau, de moins en moins de boutons.

 

Quand je suis tombée enceinte ma peau à carrément changé et j’étais radieuse, une peau géniale, un grain de peau lisse et en santé. Après mon accouchement , et pour soulager les coliques de mon bébé que j’allaitais, j’ai arrêté le lait de vache que j’ai remplacé par le lait d’amande jusqu’à maintenant. Et là ma peau n’a plus eu de boutons, terminé!

 

C’est vrai que j’avais 33 ans mais je pense qu’à part les bouleversements hormonaux dus à ma grossesse et accouchement le fait que j’ai arrêté le lait de vache y est pour beaucoup dans le changement de ma peau. J’ai pas mal lu sur le lait de vache bourré d’hormones qu’on donne aux vaches pour maintenir leur lactation, je ne parle pas des antibiotiques qui protègent leurs mamelles des infections. Tout cela se retrouve dans notre corps qui a déjà ses propres hormones. La perturbation hormonale peut être accrue par le lait qui comporte les hormones injectés à la vache, et qu’on ingère. Bref, je ne suis pas une scientifique ni une experte, mais c’est quelque chose qui m’a encouragée à ne plus boire de lait de vache, même si je continue à manger du fromage et du yogourt bio. Ce que je dis sur le lait est valables pour les viandes qu’on consomme également et qui sont bourrées d’hormones et d’antibiotiques. Et là encore j’ai énormément diminué ma consommation de viandes tout en sachant que je ne serai jamais totalement végétarienne, ou peut-être un jour, il ne faut jamais dire jamais. 

 

Maintenant j’ai rarement de boutons, ou juste à la même période du mois que toutes les femmes.

Je ne veux donner aucune leçon par mon article, c’est juste ma propre expérience. La qualité   et produits qu’on s’applique sur la peau est très importante: pour le soin de la peau proprement dit et pour la santé puisque ça traverse l’épiderme et ça se retrouve dans le sang.   Des composants comme les parabenes, le silicone, l’aluminium, le phenoxyethanol….(pour ne citer que ceux là) sont clairement mauvais pour la santé (je ne parle même pas de l’environnement). Sur la barre droite de mon blog je vous mets le lien du site web La vérité sur les cosmétiques où vous pouvez en écrivant les trois premières lettres d’un composant vérifier sa nocivité, je l’utilise souvent quand j’ai des doutes sur les composants d’un produit que je veux tester ou acheter.

Pareil pour la nourriture, on est rendus là en 2016, l’industrie agroalimentaire nous empoisonne en faisant fi de l’éthique, de la santé publique et carrément de l’humain dans tout ça. Les lobbys sont très forts, beaucoup d’argent est en jeu. On est obligés, pour minimiser les risques (je ne dis pas les éviter, c’est difficile de ne manger que bio d’abord parce que ça coûte cher mais aussi parce qu’on ne trouve pas tout en bio, l’idéal serait de cultiver soi-même son terrain, jardin, potager, mais ça c’est dans un monde appelé Idéalia ) de faire attention à ce qu’on mange et à ce qu’on donne à nos enfants.

Maintenant je ne remets pas en cause les cas des personnes dont l’acné est due à des problèmes hormonaux cliniques liés à des soucis de thyroïdes ou autre et qui nécessitent sans doute des traitements importants et des suivis auprès de professionnels de la santé.